Genève : la cigarette électronique bannie dans les écoles ? 29/10/2013

La cigarette électronique est aujourd'hui connue de tous. Elle est également appelée « cigarette électrique » ou « e-cigarette » par certains. En Suisse, ce produit novateur a connu un succès fou depuis l'année 2005. Le principal pays d'origine de la cigarette électronique est la Chine, mais aujourd'hui, des fabricants sont également présents dans les pays européens. Ce produit est sensé

être l'alternative saine à la cigarette traditionnelle à tabac. Il s'agit d'un petit appareil, ressemblant énormément aux vraies cigarettes à la différence qu'il fonctionne avec une batterie.


Il existe de nombreux modèles et de nombreuses marques disponibles sur le marché mais en général, leur composition est toujours la même. Une e-cigarette est constituée de trois pièces principales : un vaporisateur électrique pour transformer la nicotine et les substances aromatiques en une vapeur qui imite la vraie fumée, ou uniquement les arômes dans le cas des cigarettes électroniques sans nicotine, un réservoir de nicotine ou de substances aromatiques appelé également cartouche, et un accumulateur rechargeable (batterie) pour l'alimentation l'appareil en électricité.


Selon les indications des fabricants, les cigarettes électroniques permettent aux accros à la nicotine c'est-à-dire les fumeurs, de s'administrer la quantité de nicotine qu'ils souhaitent et cela, sans avoir à respecter les règlements appliqués à l'utilisation des cigarettes traditionnelles. Ces promoteurs affirment que la cigarette électronique peut être utilisée dans les lieux où il est interdit de fumer, tels que les locaux de travail, le métro, les restaurants, etc. Et même si les opposants à la cigarette électronique n'hésitent pas à la critiquer explicitement, certains fabricants vantent leurs produits comme des appareils destinés au sevrage tabagique.


A l'inverse de la situation de la cigarette électronique dans certains pays européens, la vente des e- liquides contenant de la nicotine est interdite en Suisse. En raison de la législation en vigueur, les utilisateurs de la cigarette électronique suisses sont alors obligés d'aller se procurer leur e-liquide nicotiné dans les pays voisins.


L'ordonnance sur les denrées alimentaires interdit en effet les additifs avec des effets pharmacologiques, comme la nicotine. De plus, l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) préconise de ne pas utiliser ce type de cigarettes électroniques, La cigarette électronique pas si inoffensive pour la Suisse
 

Pourtant, plusieurs politiciens alémaniques souhaitent assouplir la réglementation. Tel est le cas du conseiller national UDC saint-gallois, Lukas Reinmann, «Les règles actuelles sont intenables», déclare-t-il. Selon lui, de telles règles ne font que pousser les consommateurs à dépenser leur argent à l'étranger. «Je suis d'accord qu'il faut soigneusement analyser les liquides à base de nicotine. Mais de là à les interdire...c'est absurde!», critique-t-il. Felix Gutzwiler le spécialiste en médecine préventive et conseiller aux Etats zurichois pensent également que cette interdiction semble un peu irrationnelle. «Les consommateurs sont responsables de ce qu'ils achètent. Et de toute manière, ils peuvent se procurer ce produit librement tout près de chez eux.», explique-t-il. Il suggère d'adapter les mesures aux règles européennes. Quant au conseiller aux Etats socialistes soleurois, Roberto Zanetti, il considère que cette position s'appuie sur une question de santé publique. Selon lui, la nicotine ne devrait pas être interdite si les experts ont pu conclure que les cigarettes électroniques sont un moyen pour les fumeurs de s'en sortir, ou du moins leur offrent un espoir…Felix Gutzwiler, quant à lui, semble être opposé à cet avis. Selon lui, même si la nocivité des autres substances toxiques présentes dans les vraies cigarettes est absente avec l'utilisation de la cigarette électronique, cela n'empêche que la nicotine, elle, reste toujours une substance à caractère hautement addictif, présentant toujours un risque de maladies cardio-vasculaires.


L'utilisation de la cigarette électronique chez les adolescents est également devenue un sujet de débat très présent ces derniers temps. Le cas des adolescents pose réellement problème et encore une fois les dispositions prises diffèrent.


Citons en exemple le communiqué rédigé récemment par le directeur d'un Cycle d'orientation (CO) afin de prohiber l'utilisation de cette cigarette hi-Tech dans son établissement alors que le règlement général du CO n'interdit pas la cigarette électronique.

A ce sujet, la «Tribune de Genève» publiera prochainement les interventions des internautes dans sa rubrique «débat en ligne» de ses éditions du vendredi 24 Octobre 2013. Le débat est alors ouvert !


Le directeur du CO a été contraint de rédiger la circulaire en question pour interdire l'usage de la cigarette électronique car il a été confronté à des élèves qui fumaient une e-cigarette dans l'enceinte de son établissement. En effet, les adolescents profitaient d'un vide législatif pour «vapoter» et de plus, le règlement général du CO ne mentionne en aucun cas la prohibition d'une telle pratique.


On constate que pour l'heure, il est encore rare de voir un élève qui vapote dans le paysage scolaire genevois, raison pour laquelle le Département de l'instruction publique (DIP) n'a pas encore pris de mesure, du moins dans l'immédiat, pour appliquer un changement au niveau du règlement général du CO. Il estime que les consignes orales des enseignants doivent suffire.


En Suisse, on trouve les cigarettes électroniques sans nicotine dans les kiosques et dans les pharmacies. Si les professionnels de la santé disent vouloir éviter de les vendre aux mineurs, ces produits ne comportent aucune indication de limite d'âge. Le seul obstacle probable pour les jeunes gens réside dans le prix puisqu'il faut débourser au moins 40 francs…raison de plus pour les vapoteurs suisses de visiter les boutiques étrangères voisines.


Que ce soit en Suisse ou ailleurs, le débat sur la vente des e-cigarettes aux mineurs continue à faire la une dans les journaux…et surtout l'encadrement de ce marché devenu très fructueux en quelques années…

Panier

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander

Réductions

Pas de promotion actuellement

Newsletter