Cigarette électronique : état des lieux 06/06/2013

La cigarette électronique constitue aujourd'hui la solution inespérée vers laquelle se tournent les fumeurs qui veulent mettre un terme une bonne fois pour toute à leur relation avec le tabac. En finir avec la blonde américaine, cela n'a jamais été facile pour un accro mais la cigarette électronique semble bien partie pour faire de la cigarette tueuse un souvenir du passé…

Le tabac est la deuxième plus grande cause de mortalité dans le monde. Les dangers du tabagisme ne sont plus à démontrer car tout le monde les connait par cœur. Le prix du tabac ne cesse également de monter en flèche…alors que celui de la cigarette électronique est nettement plus bas…raison de plus pour les fumeurs d'adopter ce dispositif révolutionnaire !

La cigarette électronique est actuellement utilisée par de très nombreux fumeurs. Ces derniers mois, l'engouement pour la cigarette électronique n'a cessé de croître et cela a créé des grandes vagues de discussions et de débats au sein des autorités politiques et sanitaires.

Mais après la Journée Mondiale sans tabac du 31 mai dernier, c'est la communauté des médecins qui se trouve aujourd'hui concernée de très près par cette polémique. De ce fait, faire le point sur ce gadget novateur, notamment sur l'évaluation des bénéfices-risques de son utilisation, est devenu prioritaire.

Des chiffres alarmants sur les ravages du tabagisme ont été récemment rendus publics par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). D'après l'OMS, un individu succombe toutes les six secondes dans le monde des problèmes de santé liés au tabagisme et qu'au total, cela ferait 15.000 décès chaque jour. En ce qui concerne notre pays, le bilan n'est guère meilleur. Un rapport récent de l'Institut National de Veille Sanitaire (InVS) a publié des données inquiétantes sur la situation en France : une personne sur trois serait un fumeur et le tabagisme ferait environ 200 victimes chaque jour chez nous.

Devant ce désastre, la lutte contre le tabagisme est devenue une priorité de santé publique. Bon nombre d'organisations et d'associations ont mené ce combat depuis très longtemps mais en vain, sans aucun résultat encourageant. Le petit pourcentage de diminution du nombre de décès causés par le tabagisme stagne. La situation ne s'est pas améliorée.

La cigarette électronique représente une alternative à la cigarette traditionnelle. Selon de nombreux experts scientifiques, cette petite merveille est 1000 moins dangereuse que la cigarette à tabac. Il existe d'ailleurs plusieurs études qui montrent l'efficacité et le non dangerosité de ce gadget fumeux par rapport à la tueuse. Pourtant, les gens se posent encore des questions sur le sujet car jusqu'à l'heure, il n'y a pas de réglementation en vigueur sur la consommation et la mise en vente du produit.

Vapoter dans un restaurant, dans une station de métro, dans son bureau, ou dans les transports en commun, qu'est-ce qui est autorisé et qu'est-ce qui ne l'est pas ?

Avec l'augmentation incessante du nombre de vapoteurs en France, les cigarettes électroniques sont considérées comme des produits de consommation courante ordinaires mais seulement par contumace. Les conditions nécessaires pour que le produit soit considéré ainsi sont : un taux de nicotine dans l'e-liquide de moins de 10mg et la non revendication d'effet bénéfique pour la santé.

Pour l'heure, la cigarette électronique peut être interdite dans les lieux publics clos et couverts dont les locaux de travail. Dans ce cas, l'employeur applique la voie du règlement intérieur. Certaines entreprises utilisent d'ailleurs cette mesure pour assurer la protection de leurs travailleurs contre les soi-disant éventuels effets de la cigarette électronique.

A l'occasion de la journée mondiale sans tabac, Marisol Touraine, la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé a tenu à rappeler que le tabac est la première cause de mortalité évitable en France et que ce fléau est le grand coupable des 73 000 morts qu'on enregistre chaque année, soit 200 par jour. « Un fumeur sur deux mourra à cause de la cigarette », ajoute-t-elle. En se basant sur le rapport des experts sur l'évaluation bénéfices-risques de la cigarette électronique, la ministre a profité de cette journée mondiale sans tabac du 31 mai 2013, pour déclarer la prise de certaines mesures appliquées au tabac qui, désormais, s'appliqueront aussi aux cigarettes électroniques, à savoir  :

 • L'interdiction de la publicité s'applique dès maintenant et sans disposition nouvelle.

 • L'interdiction de la vente aux mineurs sera mise en œuvre dès que possible par la loi et au plus tard dans la prochaine loi de santé publique.

Lors de cette déclaration, la ministre a également montré qu'elle n'est pas contre le projet de l'interdiction de « vapoter » dans les lieux publics, comme c'est le cas pour le tabac. Mais pour l'heure, il n'y a pas de modalités juridiques précises sur cette interdiction.

Toujours dans le cadre de la Journée Mondiale sans tabac, l'Office Français de prévention du Tabagisme (OFT) avait publié, pour sa part, la liste des 28 recommandations des experts sur le dispositif de la cigarette électronique dont on cite quelques unes ici :

 • ne pas interdire en France l'utilisation de l'e-cigarette, avec ou sans nicotine,

 • ne pas freiner l'accès des fumeurs aux e-cigarettes,

 • prendre des mesures pour éviter toute promotion de l'accès de l'e-cigarette aux mineurs et aux sujets n'ayant jamais fumé,

 • réglementer l'e-cigarette (produit, distribution, utilisation),

 • fixer de nouvelles limites de contenus en nicotine des e-cigarettes et de leurs recharges,

 • créer une catégorie de produits évoquant le tabagisme (PET),

 • mieux appliquer l'interdiction de la publicité en faveur de l'e-cigarette

 • interdire la vente des e-cigarettes aux moins de 18 ans,

 • ne pas rendre possible la vente des produits évoquant le tabagisme dans les supermarchés et boutiques généralistes,

 • indiquer clairement sur tous les emballages la composition des e-liquides,

 • déclarer la liste des arômes et ingrédients utilisés,

 • interdire l'utilisation des e-cigarettes et de tout produit évoquant le tabagisme dans les endroits où il est interdit de fumer,

 • ne pas promouvoir l'utilisation des e-cigarettes dans les lieux non-fumeurs,

 • déconseiller l'utilisation des e-cigarettes aux femmes enceintes et allaitantes.

La plus important pour tout le monde, c'est de connaître avant toute chose le vrai principe de la cigarette électronique et son mode de fonctionnement. La cigarette électronique ne produit pas une fumée toxique comme celle de la cigarette à tabac. Ce dispositif novateur produit uniquement de la vapeur d'eau. Sans combustion de matières organiques, il n'y a ni goudron ni monoxyde de carbone dans une cigarette électronique.

Panier

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander

Réductions

Pas de promotion actuellement

Newsletter